CD Inlandsis CD Sillage CD so Watt bassi kouyaté CD Kouyaté_Marcault CD Andouma Kouyaté_Marcault CD Andouma CD regard CD Stella Vander CD memoires Au dela des limites CD

Lydia Domancich a le don d’écrire des mélodies qui s’immiscent dans les têtes quand bien même elles s’épanouissent dans des édifices complexes...

MADOMKO

Diabaté_Galarraga_domancich_Madomko
Enregistré et mixé au Studio de Chennevières par Gérard Lhomme en 2007
Gimini Music réf : GM 1018

CD + envoi


Lydia Domancich (claviers, compositions)
Julien André (percussions)
Ibrahima Diabaté (percussions)
Philippe Bussonnet (basse)
Martha Galarraga (voix)
Kanté Hawa Sacko (voix)

Dibi



PRESSE

JAZZMAN - Jacques Denis *** réussite
...l'univers développé fait la part belle aux tourneries rythmiques, promptes à vous faire bouger de votre fauteuil, mais témoigne aussi bien de la connivence de chacun, d'une entente collective fondée sur la reconnaissance mutuelle des deux univers que sont le jazz et la musique mandingue...Lydia Domancich...compose une suite de thèmes qui ne tendent jamais à de veines effusions, ni à soupoudrer de quelques tics exotiques, mais plutôt à valoriser l'originalité de chacun en fonction de l'autre.


ETHNOTEMPO - Stéphane Fougère
Initiée par la compositrice et pianiste Lydia DOMANCICH, l’aventure du trio ANDOUMA a cédé la place à une nouvelle entité plus mouvante et modulable. La direction ne s’inscrit pas moins dans la continuité d’ANDOUMA, stimulant le dialogue entre des univers que l’on serait tentés de placer aux antipodes mais qui, avec l’audace d’écriture dont fait état Lydia DOMANCICH, semblent s’être toujours côtoyés et avoir fait route ensemble. Les axes du dialogue sont toujours les mêmes, à savoir entre Europe contemporaine, jazz, et culture africaine, mettant en activité claviers, percussions africaines (de l’Ouest, comme le titre de ce CD le rappelle), cordes et voix, réelles ou virtuelles.
Durant l’année 2006, MADOMKO a écumé quelques lieux bien inspirés de les avoir programmés et a ainsi pu sortir une première carte de visite sous forme d’un CD Live. Lydia était alors entourée de Bassi KOUYATÉ, chanteur, guitariste et joueur de tamani, héritier du répertoire traditionnel bambara du Mali et représentant d’une nouvelle génération de griots ; et, selon les disponibilités, du multi-percussionniste Pierre MARCAULT, qui l’accompagne depuis son premier CD, ou du joueur de djembé Julien ANDRÉ.
C’est ce dernier que l’on retrouve dans la formation actuelle de MADOMKO qui a la particularité de se décliner en plusieurs variantes (trio acoustique ou électrique, quartet ou quintet) et qui comprend également le percussionniste malien Ibrahima DIABATÉ. La présence de deux percussionnistes permet ainsi des dialogues aussi foisonnants que pétaradants qui font claquer les peaux et résonner la Terre, et dont les soubresauts rythmiques sculptent un espace aussi bouillonnant que subtil.
Bien qu’ayant opté pour une voie plus instrumentale, MADOMKO intègre aussi du chant dans sa formule en quintet, faisant intervenir Martha GALARRAGA, figure éminente du chant yoruba, ou Kanté Hawa SACKO, chanteuse traditionnelle malienne férue de chants bambara. Pour ce premier CD studio, les deux chanteuses ont été réquisitionnées et se partagent les morceaux chantés, ce qui permet de varier les couleurs vocales qui, dans les deux cas, sont de toute façon très « roots ». Ce ne sont donc pas les épices ouestafricaines qui manquent, mais on ne saurait cependant pas assimiler MADOMKO à un simple groupe de world music. Son défi va bien au-delà de l’imitation simili-traditionnelle ; il mise plutôt sur la relation que ces ingrédients « terrestres » peuvent entretenir avec une grammaire européenne à priori plus abstraite, alliant les recherches harmoniques de la musique contemporaine et les structures affranchies du jazz. Alternant piano acoustique et piano synthétique, Lydia DOMANCICH a le don d’écrire des mélodies qui s’immiscent dans les têtes quand bien même elles s’épanouissent dans des édifices complexes mais aussi élastiques et ouverts. C’est ainsi que Lydia peut retravailler des compositions déjà enregistrées sur de précédents disques (Fantasia, Mémoires) et en déployer les horizons, les interventions de chaque musicien leur fournissant de nouvelles résonances.
De plus, un autre petit nouveau a intégré le groupe : il s’agit du bassiste Philippe BUSSONNET, qui croise également le fer au sein du mythique groupe français MAGMA ainsi que dans le quartet jazz-fusion ONE SHOT. Son remarquable touché et sa patte sonore si caractéristique déploient la gamme timbrale de MADOMKO et élargit davantage les horizons de l’improvisation chers à Lydia DOMANCICH. MADOMKO, c’est aussi un univers qui brasse les manifestations élémentales : le vent, la terre, l’eau et le feu y sont dessinés en teintes fortes et vibrantes. Les destinées humaines y sont chantées, les déchirements de l’exil inspirant des visions obscures ou mélancoliques (Dibi, Mémoires), tandis que sont célébrés la culture des griots (Lamban), la figure maternelle (Maléorie) et des divinités féminines (For Dji Dji, Fantasia) ou viriles (Mister Ju). MADOMKO joue pleinement de sa double signification en bambara : le groupe invite certes à danser mais rappelle également « ce que chaque être humain sait » en lui offrant de généreuses tranches de rêve qui, seules, peuvent raviver le souvenir de ce qu’il y a de commun à travers la multiplicité des mémoires et les chemins de pensées.

CONTACT

Gimini Music